Caractéristique Xperia U       

Malgré une fiche technique qui abrite un processeur double cœur et un design quasi-identique à celui des Xperia P et S, le Xperia U se pose en entrée de gamme chez Sony. Sur le papier, ce smartphone fait beaucoup de belles promesses à celles et ceux dont le budget est limité. Mais les tient-il ?

Le Sony Xperia U est le petit dernier de la nouvelle gamme NXT qui comprend également les Xperia S et P. Celui qui nous intéresse ici est le moins huppé du lot puisque ses deux grands frères disposent de caractéristiques supérieures. Néanmoins, comme nous allons le voir tout au long du test, le Xperia U fait mieux que se défendre face à la féroce concurrence qui règne dans le segment des Android d'entrée de gamme. Car à l'heure où nous couchons ces lignes sur le papier numérique, plusieurs webmarchands le proposent déjà à 250 euros, alors qu'il n'est sorti que récemment (mai 2012). Son prix devrait donc encore baisser dans les mois à venir. Pour cette somme, Sony a concocté une fiche technique très décente.

 

Son Xperia U dispose en effet du même design rehaussé d'une bague transparente que les Xperia P et S. Sa face avant est logiquement occupée en grande partie par l'afficheur tactile de 3,5 pouces, pour une résolution de 480 x 854 pixels et 16 millions de couleurs affichables. Il embarque la technologie Mobile BRAVIA Engine propre au constructeur et qui promet d'améliorer le rendu des photos et des vidéos. Le cœur du smartphone bat au rythme d'un chipset ST-Ericsson NovaThor U8500 double cœur cadencé à 1 GHz et épaulé de 512 Mo de mémoire vive (RAM). Comme tous les autres Android récents du constructeur, celui-ci sort avec l’OS Android en version 2.3.7. Il devrait toutefois bénéficier assez rapidement d'une mise à jour vers Android 4.0 Ice Cream Sandwich.

Pour ce qui est du multimédia, le Xperia U embarque un capteur photo autofocus de 5 mégapixels, capable de filmer en HD 720p (1280 x 720 pixels). Une mémoire interne de 8 Go est disponible pour le stockage des photos, vidéos, musiques, etc. Il faudra vous en contenter dans la mesure où il n'y a pas de port microSD. Côté connectivités et réseaux, on retrouve les suivants : 3G+ (HSDPA à 14,4 Mbps et HSUPA à 5,76 Mbps), Wi-Fi 802.11 b/g/n, Wi-Fi Direct, DLNA, Wi-Fi hotspot, Bluetooth 2.1 (AD2P, EDR) et GPS (A-GPS). 

Contenu du Pack

Comme pour les autres Xperia récents, Sony propose un pack un peu plus volumineux. Voici ce qu'il contient :

• Une batterie de 1320 mAh
• Un kit mains libres stéréo filaire
• Un câble microUSB
• Un chargeur secteur
• Le manuel de démarrage rapide
• Un adaptateur microSIM / SIM classique
• Un bas de la face avant supplémentaire et coloré
• Un protège écran

Design

Nous vivons une année 2012 assez intéressante pour ce qui est des designs de smartphones. Alors que la plupart des constructeurs se sont passés le mot pour nous infliger des mobiles tactiles au look ennuyeux et sans inspirations en 2010 et pendant une bonne partie de l'année 2011, on voit désormais fleurir des designs un peu plus intéressants. Pour sa gamme NXT, Sony a décidé que ses trois modèles auraient, à peu de choses près, le même look.

On retrouve donc sur cet Xperia U un dessin assez élégant, fait d'angles bien nets et des bords peu arrondis. Mais ce qui lui apporte sa personnalité est une bague transparente qui parcourt toute la largeur du smartphone et qui se situe sous l'écran. La vocation esthétique de cette petite coquetterie est ici encore plus importante. Car en plus d'être vraiment jolie et d'apporter une touche de fraicheur à l'ensemble comme elle le fait sur les autres NXT, elle se révèle en plus capable d'émettre plusieurs couleurs. Ces couleurs changent selon les situations, et surtout selon les couleurs qui s'affichent sur votre écran. Ainsi, si vous écoutez une chanson dont la pochette d'album et à dominante jaune, la bande lumineuse va prendre cette couleur ! Même chose lorsque vous consultez des photos. Le résultat est vraiment réussi et donne à l'ensemble une grande originalité.

 


Mais, le Xperia U se transformant parfois en boite de nuit miniature, vous aurez compris que la discrétion n'est pas vraiment son fort. Surtout que le constructeur rajoute en plus dans le pack du mobile un bas coloré que l'on peut changer. Si les modèles de base, noir ou blanc, sont assez sobres et épurées, l'ajout de cette partie basse soit jaune, soit rose, amène encore un peu plus de vie à l'ensemble. Mais le Xperia U sait aussi la jouer sobre puisqu'il suffit de désactiver dans les paramètres les couleurs lumineuses pour qu'il devienne beaucoup plus sage. À chacun son style donc.

Pour le reste, le smartphone dispose de dimensions très raisonnables avec 112 x 54 x 12 mm. Il n'est certes pas le moins épais du moment avec une telle épaisseur. Mais elle n'est en aucun cas gênante. D'une part parce que la face arrière est légèrement arrondie et d'autre part en raison des autres dimensions vraiment assez mesurées pour un smartphone doté d'un écran de 3,5 pouces. De fait, il tient parfaitement au fond d'une poche. Côté fabrication, Sony n'a utilisé que du plastique pour usiner cet appareil. Néanmoins, sa qualité étant très bonne, le produit ne fait en aucun cas « cheap ». Il est de plus parfaitement assemblé.

OS + Interface Utilisateur

Comme évoqué en préambule, le Xperia U est livré sous Android 2.3 Gingerbread. Il est loin d'être une exception chez Sony puisque c'est bien cette version du système d'exploitation qui équipe tous ses smartphones récents. Et ce même si Android 4.0 Ice Cream Sandwich est disponible depuis plus de six mois maintenant. C'est donc assez décevant. Heureusement, le constructeur a promis que la mise à jour vers la dernière version du système d'exploitation de Google interviendrait assez rapidement, sans toutefois préciser de date. Toutefois, malgré ce contretemps, le fait que le smartphone soit vendu avec Android 2.3 n'a rien de rédhibitoire.

Sony maîtrise en effet parfaitement cette version de l'OS de Google. Comme à son habitude, il a rajouté sa propre interface utilisateur, ici présente dans une nouvelle version. Si elle apporte bien quelques nouveautés par rapport à que l'on avait pu découvrir il y a un an sur la gamme 2011 de Sony Ericsson, il ne s'agit pas non plus d'une révolution. On retrouve notamment le fameux mode Overview qui permet de réunir tous les widgets présents sur les différents bureaux dans une seule vue sur une même page.

Cette interface utilisateur ne change pas la philosophie intrinsèque d'Android puisqu'elle se compose d'un menu qui regroupe les applications, et de bureaux d'accueil sur lesquels il est possible de placer comme bon vous semble des widgets, des raccourcis vers les applications et des dossiers. En revanche, Sony a réussi à simplifier un peu Android. Son interface est globalement vraiment agréable à utiliser.

Réactivité et ergonomie

Malgré le statut d'entrée de gamme du Xperia U, Sony n'a pas hésité à le doter d'un chipset ST-Ericsson NovaThor U8500 double cœur cadencé à 1 GHz. Cette caractéristique est d'autant plus appréciable qu'elle encore rare dans les smartphones proposés à ce prix. Dans les derniers mobiles sortis par le constructeur, seul le Xperia S affiche un rutilant chipset Qualcomm Snapdragon S4. Mais les Xperia P, U et sola sont tous logés à la même enseigne. Le Xperia P se distingue toutefois des autres en proposant 1 Go de mémoire vive alors que les autres embarquent 512 Mo.

Nous avons vu lors du test du Xperia sola que cette configuration était largement suffisante pour faire parfaitement tourner le smartphone. La bonne nouvelle, c'est que le Xperia U se montre encore plus fluide ! Là où le Sola affichait (rarement) quelques microlags dans l'interface, le mobile qui nous intéresse ici en est presque totalement dépourvu ! La raison est peut-être à aller chercher du côté de son écran un peu plus petit, et qui demande donc moins de ressources. Quoi qu'il en soit, le moins onéreux des Xperia récents offre une belle réactivité et la navigation dans son interface se fait avec une fluidité remarquable. Les temps d'attente à l'ouverture d'une application ou pour le chargement de données depuis la mémoire sont tout aussi raisonnables. De ce point de vue, Sony a donc fait un excellent travail. En revanche, le fait d'ouvrir à la suite plusieurs applications gourmandes peu entraîner à la longue quelques petits ralentissements. Mais vraiment rien de rédhibitoire. Comme pour le sola, seule l'animation du mode Overview se révèle parfois un peu cahotante. Il s'agit toutefois d'une toute petite critique, un chipotage même, qui n'affecte en rien le bon fonctionnement du smartphone

Côté ergonomie, le format assez compact du Xperia U en fait un mobile très facile à prendre en main et à manipuler. Même pour ceux qui ont des petites mains, le rayon d'action du pouce est suffisant pour parcourir l'ensemble de la surface de l'écran. Ce smartphone se manipule donc très bien à une seule main. Sur la version noire que nous avons utilisé pour ce test, le dos de l'appareil est recouvert d'un plastique gommeux (soft touch) qui rend la prise en main d'autant plus agréable. Les touches et les ports sont correctement positionnés et ne gênent jamais à l'utilisation.

Capture Multimédia (Photo/Vidéo)

Si vous avez parcouru ce test sans sauter aucune des parties précédentes, vous aurez sans doute remarqué que le Xperia U fait jusqu'ici un sans faute. Toutefois, le monde des nouvelles technologies n'est pas celui de Harry Potter et aucun constructeur ne peut proposer un smartphone aussi efficace que celui-ci, à un tel prix, et sans faire de concession. Et c'est justement sur le capteur photo que Sony semble avoir fait quelques économies. Sur le papier, ses 5 mégapixels suffisent amplement pour les besoins de 99,9 % des utilisateurs. C'est-à-dire ceux qui n'ont pas besoin de faire d'agrandissements des clichés qu'ils prennent avec leur téléphone. Mais une bonne résolution ne suffit pas. Il faut en effet que l'optique soit de bonne qualité pour que le rendu des clichés suive.

Et pour ce qui est du Xperia U, ce n'est malheureusement pas le cas. Les photos prises par ce smartphone manquent en effet singulièrement de détails pour commencer. Ensuite, elles ont tendance à présenter trop de bruit. Les couleurs sont de leur côté un peu saturées, ce qui pourrait ne pas porter à conséquence si cela n'impliquait pas que les zones bien claires, comme par exemple les ciels, finissent par être surexposés quasi systématiquement. Le bruit évoqué un peu plus devient même à la limite du supportable lorsque vous photographiez des scènes peu éclairées. Le flash led n'est alors pas d'un grand secours si votre sujet et à plus d'un mètre. Et même s'il se trouve à la bonne distance, le moindre bougé est sanctionné par un flou. Et que dire du manque de détails flagrants ? Il est d'autant plus étonnant que même les smartphones de 2011 du constructeur flanqués d'un capteur de 5 mégapixels, comme les Xperia Mini, Mini Pro ou active s'en sortent nettement mieux.

Côté vidéo, ce n'est guère plus reluisant. Elles sont capturées dans une résolution 720p, à 30 images par seconde. Ce qui est plutôt honnête sur le papier. Mais vous déchanterez rapidement dans la pratique. Là encore, le niveau de détails est vraiment mauvais. De plus, le bruit et les artefacts viennent gâcher encore un peu plus un tableau déjà pas fameux à la base.

Et puisque nous en sommes à la séance de critiques, sachez que nous regrettons également le fait que la touche mécanique qui sert à déclencher la prise de photo soit aussi peu ergonomique. Ce bouton est à la fois court et rigide. Il faut donc appuyer assez fort vers la fin du mouvement pour que la photo soit prise. Ce qui a tendance à déséquilibrer le smartphone. Le cliché obtenu n'est pas flou, mais le cadrage aura un peu changé, ce qui se révèle assez désagréable pour ceux qui font un minimum attention à la composition de leur photo. Rien de dramatique toutefois dans la mesure où l'habituelle touche virtuelle est bien présente sur l'écran.

Pour finir cette partie du test sur une note un peu plus positive, sachez que l'interface de cette fonction photo est pour sa part très bonne, avec notamment plusieurs options, des effets 3D, etc. Mais c'est là une bien maigre consolation.

Lecture Multimédia (Photo/Vidéo/Son)

Les capacités multimédias du smartphone en matière de capture de photos et de vidéos étant loin d'être fameuses, Sony avait tout intérêt à ne pas se louper sur les fonctions de lecture multimédia de son Xperia U. Heureusement, le constructeur a fait du bon travail de ce côté-là. Avant de poursuivre, signalons tout de même que l'on retrouve pour l'ensemble des fonctions que nous allons vous décrire ci-dessous exactement la même interface que celle présente dans le Xperia S. Un joli bonus pour le mobile à bas prix que nous testons ici.

Le lecteur musical est toujours aussi efficace. Il offre à l'utilisateur toutes les possibilités habituelles comme la création de listes musical, les différents modes de lecture, de classement, etc. Mais il se distingue avec des égaliseurs totalement personnalisables que l'on ne trouve que sur la nouvelle gamme 2012 de Sony. Loin de n'être qu'un gadget, cette possibilité permet de vraiment affiner le son pour les utilisateurs qui le souhaitent. Et comme le rendu musical est des plus corrects, le Xperia U peut remplacer avantageusement un baladeur dédié. Notez que le logiciel Compagnon qui est compatible PC et Mac est fourni dans le smartphone. Il s'installe lorsque vous connectez ce dernier à votre ordinateur, et permet ensuite de synchroniser tous les contenus multimédias qu'il renferme, y compris les playlists iTunes !

Abordons rapidement la, très classique, visionneuse d'images. Il s'agit en fait de la même que celle qu'on trouve dans la version non retouchée d'Android et qui équipe aussi de nombreux smartphones concurrents. Mais Sony a tout de même apporté sa contribution puisque la galerie d'images peut aussi afficher vos photos stockées en ligne, sur les réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook.

Enfin, la lecture de vidéos pourrait représenter un point faible pour le smartphone s'il ne s'agissait pas d'un Android. Le Xperia U ne lit en effet nativement que les formats MP4 et 3GP. Mais vous trouverez sur Google Play plusieurs applications gratuites comme Dice Player ou MX VideoPlayer qui sont en fait des lecteurs qui prennent en charge tous les formats vidéos les plus populaires que l'on trouve sur le Web, comme le DivX / XviD ou encore le MKV. Néanmoins, comme lors de notre test du Xperia sola, nous avons ici été confrontés à d'assez mauvais résultats pour la lecture des vidéos HD en 720p et 1080p. Cela ne signifie pas que ce sont les smartphones qui sont en cause, car des appareils moins puissants arrivent à faire tourner sans problème des vidéos de 720p avec ces applications. À notre humble avis, la plateforme matérielle NovaThor U8500 étant encore récente et peu répandue pour l'instant, les développeurs des lecteurs vidéo ne se sont pas encore penchés sur l'optimisation de leurs applications pour elle. Mais, entre les trois smartphones de Sony qui embarquent déjà cette plateforme, et le Samsung Galaxy Advance qui sort lui aussi tout juste et qui en est également pourvu, tous les développeurs sont maintenant obligés de s'intéresser au NovaThor U8500 de près.

 

Écran et navigateur Web

Le Xperia U se distingue des autres membres de la nouvelle gamme NXT par son écran plus petit. Avec 3,5 pouces, il fait même presque figure de nain par les temps qui courent. Toutefois, cette taille d'afficheur reste assez raisonnable pour visionner relativement confortablement des vidéos. De toute évidence, cela ne vaut pas un écran doté d'une diagonale de 4 pouces et plus. Mais vous pouvez tout de même envisager de regarder un film ou une série avec des sous-titres sans que cela tourne à la séance de torture. Surtout que la résolution de 854 x 480 pixels permet de bénéficier d'un affichage d'une grande finesse, de 280 pixels par pouce. Soit un peu mieux que le Xperia P qui a un écran certes plus grand de 4 pouces, mais qui n'affiche au final « que » 275 pixels par pouce. Il n'y a pas que les vidéos qui profitent de cette belle densité de pixels puisque les textes apparaissent aussi de manière claire et lisible, notamment sur les pages Web. Nous allons revenir sur ce point dans quelques lignes d'ailleurs. Les couleurs affichées sont également bonnes, de même que les contrastes et la luminosité. De ce point de vue, même s'il n'est pas le meilleur du genre, le Xperia U offre une lisibilité correcte en extérieur. Ses angles de visionnage sont également au dessus du lot.

Pour ce qui est du navigateur Web, ses performances sont vraiment excellentes. Il se montre à la fois rapide et réactif, même sur des pages Web lourdes, chargées en contenus. La petite taille de l'écran aurait pu poser problème si la définition n'était pas aussi bonne. Il suffit de mettre le smartphone en position paysage (le tenir à l'horizontal) pour pouvoir lire et consulter une page Web classique. Même les petits caractères des titres sur un site d'actualité restent consultables. A noter que, vous ne couperez pas à de nombreuses séances de zoom / dézoom pour cliquer de manière précise sur les liens les plus petits. Toutefois, le smartphone se montrant très réactif dans cet exercice, aucun temps de latence perceptible n'est à déplorer, ce qui rend l'exercice nettement moins pénible. Au final, même s'il ne rivalise pas avec ceux d'appareils plus huppés comme les HTC One X, Samsung Galaxy S3 et autres Sony Xperia S, le navigateur Web que l'on trouve dans cet Xperia U est suffisamment véloce et bien pensé pour se montrer pleinement exploitable avec les vraies pages Web non formatées pour le mobile. Ce qui est une excellente nouvelle pour un smartphone à ce prix.

Conclusion

Avant de conclure ce test, intéressons-nous aux fonctions téléphoniques du Xperia U. Il se révèle irréprochable pour ce qui est de la qualité audio en conversation. L'appelant et l'appelé s'entendent parfaitement, sans microcoupure perceptible. Le volume de l'écouteur est également bon, de même que celui du haut-parleur qui est à la fois puissant, avec un son bien modulé. Côté autonomie, tout dépend de votre usage. Elle est globalement assez moyenne pour des utilisateurs qui se servent un tant soit peu des fonctions connectées et multimédias. Dans ce cas de figure, le smartphone tiendra tout de même une journée complète, et même un peu plus. Mais mieux vaut le recharger tous les jours pour éviter la panne sèche. Pour les utilisateurs qui ne font qu'appeler, envoyer des SMS et écouter une bonn heure de musique quotidienne, l'autonomie avec une seule charge peut être poussée à deux journées.

Au final, de tous les modèles récents de Sony, cet Xperia U est le seul qui ne se distingue pas des autres par une fonction exclusive. Le Xperia S dispose d'un écran HD et d'un capteur photo de 12 mégapixels, le Xperia U affiche pour sa part un afficheur « White Magic » qui affiche des blancs plus blanc que blanc, enfin le Xperia Sola propose la technologie Floating Touch. Bien sûr, le Xperia U est le seul à pouvoir se targuer d'une bague transparente aux lumières multicolores. Mais passé l'effet de découverte, ce n'est pas vraiment une fonction qui change son utilisation. En revanche, le smartphone qui nous intéresse ici a tout de même un argument massif à faire valoir : son tarif incroyablement bas pour un tel appareil. Indépendamment de cette donnée, et comme nous l'avons vu ensemble tout au long de ce test, il s'agit intrinsèquement d'un bon mobile, qui se montre à la fois très réactif, réussi sur le plan esthétique, plutôt bon en lecture multimédia et en consultation web.

Nous insistons sur ces points car sans même l'argument du prix, le Xperia U est un téléphone intéressant et réussi. Il n'est certes pas sans défauts, mais la seule limitation majeure dont il est affligé est à aller chercher du côté capteur photo/vidéo, carrément mauvais. Une fois que l'on rentre son prix dans l'équation, ce mobile devient tout simplement une excellente affaire. À condition donc de ne pas être un féru de photographie depuis son smartphone. Et encore, même dans ce dernier cas de figure, les concurrents au même prix ne font pas mieux sur ce point. Et le Xperia U les écrase sur les autres !

Note : 82/100

Les plus :

• Excellent rapport qualité / prix
• Design efficace et bague transparente multicolore originale
• Bonne densité de pixels et qualité générale pour l'écran
• Smartphone très réactif la plupart du temps
• Navigateur Web réussi malgré la taille de l'écran
• Bon lecteur audio

Les moins :
• La mauvaise qualité des photos et des vidéos capturées
• Le bouton peu ergonomique pour prendre les photos / vidéos
• Quelques ralentissements si l'utilisateur ouvre beaucoup d'applis gourmandes à la suite
• Peu de formats vidéos reconnus nativement

Test réalisé par Sofian Nouira
Date de publication : 01/06/2012. 

Retour à l'accueil